Home » Historique

HISTOIRE DU STADE TUNISIEN

VUE PAR DR MOHAMED BEN SALEM LA GENÈSE

En 1947, il y avait à Tunis une association culturelle dénommée «Les Jeunes Musulmans» et dirigée par cheikh Salah Enneifer. Parmi ses activités, elle prenait en charge une école pour jeunes filles musulmanes à la rue des selliers. Un jour que je lui rendais visite, apportant une aide à ses élèves nécessiteux, il me déclara que son association culturelle comprenait par ailleurs une section de scouts et de football au Bardo. Il m’avait dit : « Puisque vous êtes médecin au Bardo, vous serez aimable d’épauler son action ». En juillet 1947, une délégation vient me voir comprenant le président de la section de football Ben Ezzedine, le secrétaire général Hamadi BEN MAHMOUD, un industriel du Bardo Habib BEN MOKTAR DZIRI et un jeune joueur dirigeant Slah DAMERGI.

Cette délégation était venue m’inviter à une veillée du 27ème jour de Ramadan. La réunion se tenait dans le sous-sol de la villa BEN AMOR. Quelle ne fut pas ma surprise quand à la fin de la réunion, les assistants se sont mis à applaudir et à crier : « Dr BEN SALEM Président !». Je répondis que j’étais flatté mais que je ne connaissais rien au football, et que je réservais ma réponse étant de plus très pris par ma profession.

Quelque temps après, Habib BEN MOKTHAR accompagné de Slah DAMERGI sont revenus à la charge pour que j’accepte de diriger la section de football de l’association des jeunes musulmans du Bardo. La Tunisie sous protectorat français était en manque de présidents directeurs généraux, d’industriels et d’hommes d’affaires tunisiens importants. Les médecins autochtones étaient si rares mais représentaient souvent les figures de proue des clubs sportifs.

C’est ainsi que par exemple le Club Africain était présidé par Docteur AOUIDJ SALAH, l’Espérance par Docteur ZOUITEN et l’Etoile Sportive du Sahel par Docteur GHACHEM. L’association des Jeunes Musulmans a jeté son dévolu sur le médecin du Bardo, le Docteur BEN SALEM, espérant ainsi se hisser au niveau de ces clubs prestigieux. Les débuts J’avais convoqué une assemblée générale extraordinaire de l’Association des Jeunes Musulmans du Bardo pour fonder un club omnisports et puisque à ce moment là toute activité avait un sens nationaliste, j’avais décidé de nommer cette association Stade Tunisien.

Quelques semaines plus tard, les statuts nous revenaient avec l’agrément … Mais sous l’appellation de Stade tunisois. Ce qui était loin d’être pareil, Tunisien, c’est une nationalité ; tunisois c’est n’importe quel habitant de la ville de Tunis. Il a fallu donc revenir à la charge, et après moult démarches, l’appellation de Stade Tunisien fut acceptée. Il fallait ensuite choisir les couleurs, avec Habib BEN MOKTHAR et Slah DAMERGI nous avions opté pour le rouge et vert pour les raisons symboliques suivantes : le rouge couleur du sang, du feu, symbole de l’énergie et de la virilité. Le vert complémentaire du rouge, couleur de l’espoir, cet état d’attente confiante qui doit toujours prévaloir. Le choix des couleurs était tout un programme, et depuis nous avions essayé d’inculquer à nos jeunes les qualités de ces deux couleurs. Lors de la première réunion du club, les dirigeants avaient offert des gâteaux vert et rouge qu’on appelait « baklaouet El bey », c’est aussi l’origine du mot « Baklaoua »qui colle à la peau du Stade Tunisien, comme ses couleurs.

Ainsi est né le Stade Tunisien en Juillet 1948. Nous avions commencé avec la seule section de football en division 4. Mais il fallait parallèlement structurer cette association et se procurer une salle et un stade d’entraînement. Faisant une discrète enquête, j’avais découvert que le terrain du « Bardo Sports » était un bien de la couronne c’est à dire du domaine public. Etant conseiller municipal, je fis des démarches auprès du Directeur des Domaines, Mr ISTRIA, pour que ce terrain soit affecté à la commune du Bardo, ce qui fut fait. C’est pour moi une première étape. Le conseil municipal, dont le président est Monsieur PRA, gros colon influent du protectorat, comprenait quatre tunisiens. Nous avions attendu patiemment une réunion du conseil municipal en juillet où la plupart des conseillers français étaient absents et où nous tunisiens étions en majorité pour décider d’affecter ce terrain au Stade Tunisien.

Au retour des autres conseillers, il y eut un gros remue-ménage pour s’opposer à cette décision. Le conseil municipal juridique du protectorat n’a pu trouver aucune irrégularité puisque la décision des conseillers présents était unanime. Alors, nous avions commencé notre action ; d’abord, construire une grande salle de sports, nous avions la foi qui, comme on le sait, soulève des montagnes. Les plans déposés à la municipalité par Rachid TURKI qui y était secrétaire, le visa obtenu, Habib BEN MOKTHAR demanda à son entrepreneur BERTOUGLIA de bien vouloir travailler, avec son équipe de maçons italiens, gratuitement un dimanche. Les ouvriers étaient les dirigeants et les jeunes. Et, à la fin de la journée, les fondations et les chaînages étaient terminés …

Cela nous a coûté quelques kilos de macaronis pour le repas de midi ! Chaque dimanche, nous opérions de même et au bout de trois mois la salle était terminée ! En fait, Habib BEN MOKTHAR et moi-même n’avions déboursé que l’équivalent de 700 dinars pour une salle couverte de 500 mètres carrés, ce qui était insignifiant à cette époque … 35 millimes le mètre carré ! Les frais comprenaient aussi le prix de la plaque commémorative posée lors de l’inauguration, plaque que les nouveaux venus n’ont pas manqué de détruire en Août 1957 … car il fallait faire table rase du passé, lamentable ! Le travail d’une équipe L’infrastructure acquise, le bureau constitué, il fallait adopter une méthode de travail et répartir les responsabilités. Le bureau se réunissait tous les mardis à 19 heures. Malgré cet accord, le secrétaire devait chaque fois envoyer une convocation écrite à chacun des membres et souvent le président téléphonait pour rappeler la réunion. Pourquoi ce choix de mardi ? C’était pour pouvoir en même temps parler des rencontres du dimanche précédent et préparer celles à venir. Les réunions commençaient toujours à l’heure, il n’y avait pas de perte de temps. Le président dirigeait selon la définition légale, c’est à dire : faire travailler les autres tout en étant responsable du résultat de leur travail. Ainsi les tâches étant judicieusement réparties, tout marchait convenablement. Chaque année l’activité du club s’enrichissait de nouvelles sections. Ainsi, se sont ajoutées les sections de boxe, de volley-ball, de cyclisme, de basket-ball, d’athlétisme, de judo, de natation et plus tard de hand-ball. Relations avec les autres clubs Les relations du Stade Tunisien avec les autres clubs étaient courtoises et quelques fois affectueuses. Un jour, en 1955, le Docteur ZOUITEN président de l’Espérance Sportive qui à cette époque ne disposait pas d’un terrain d’entraînement est venu demander au président du Stade Tunisien l’autorisation pour ses joueurs de pouvoir disposer de son terrain.

Le Stade Tunisien a mis à la disposition de l’Espérance non seulement le terrain mais aussi toutes les installations, vestiaires, salle de culture physique et douches.

PRÉSIDENTS :

Le premier ayant été le Docteur Mohamed Ben Salem. Lui ont succédé le Docteur Salah Azaïez, le Docteur Abdessalem Mestiri, Ali Cherif, Ajmi Slim, Mohieddine Bachraoui, Habib Mokthar, Hédi Neifar, Le docteur Youssef Ben Ammar, Mohamed Achab, Khaled Sanchou, Chedly Karoui, Moncef Cherif, Jalel Ben Aïssa et Mohamed Achab de nouveau, Mohamed Derouiche, Kamel Snoussi, Anouar Haddad, Ghazi Ben Tounès, Jalel Ben Aissa, Noureddine Ben Brik.

 


Palmarès du Stade Tunisien Football & Basketball


SECTION FOOTBALL :

 

CHAMPIONNAT DE TUNISIE :
4 TITRES 1957, 1961, 1962, 1965 

 

COUPE DE TUNISIE : 6 FOIS VAINQUEUR 1956 (3-1 FACE AU CLUB AFRICAIN) 1958 (2-0 FACE À L’ETOILE SPORTIVE DU SAHEL) 1960 (2-0 FACE À L’ETOILE SPORTIVE DU SAHEL) 1962 (1-0 FACE AU STADE SOUSSIEN) 1966 (1-0 FACE À L’ASSOCIATION SPORTIVE DU MARSA) 2003 (1-0 FACE AU CLUB AFRICAIN)

DOUBLÉ : 1 SEULE FOIS EN 1962

COUPE HÉDI CHAKER : 2 FOIS 1961 (1-0 FACE À L’ASSOCIATION SPORTIVE DU MARSA) 1964 (1-0 FACE À L’ETOILE SPORTIVE DU SAHEL)

**DEUX COUPES DE LA LIGUE:SAISON 1999-2000(FINAL ST-CSS:1-0)ET SAISON 2001-2002:(FINAL:ST-ESBK)

COUPE ARABE DES VAINQUEURS DE COUPE : 2 FOIS EN 1989 ET 2002

LES RECORDS DU STADE TUNISIEN PLUS GRAND NOMBRE DE POINTS : 82 (1989-90) PLUS GRAND NOMBRE DE VICTOIRES : 16 (1956-57/59-60/60-61/61-62) PLUS PETIT NOMBRE DE DÉFAITES : 2 (56-57/60-61/64-65/83-84/89-90)
PLUS GRAND NOMBRE DE NULS : 14 (1986-87)
PLUS PETIT NOMBRE DE NULS : 2 (1960-61)
PLUS GRAND NOMBRE DE BUTS MARQUÉS : 61 (1957-58)
PLUS PETIT NOMBRE DE BUTS ENCAISSÉS : 36 (1994-95)
SON BILAN EN DIVISION NATIONALE (JUSQU’AU SAISON 97-98)
NOMBRE DE SAISONS : 43 NOMBRE DE MATCHES : 1074
NOMBRE DE VICTOIRES : 432
NOMBRE DE DÉFAITES : 301 NOMBRE DE BUTS POUR : 1377
NOMBRE DE BUTS CONTRE : 1031

SON BILAN EN COUPE D’AFRIQUE :
1 PARTICIPATION À LA C1 (1993) ÉLIMINÉ EN QUART DE FINALE (6 MATCHES, 2 VICTOIRES, 2 NULS, 2 DÉFAITES, 4 BUTS MARQUÉS, 3 BUTS ENCAISSÉS) ET UNE EN 2004 ENCORE EN LISE.
SON BILAN EN COUPE ARABE : 2 PARTICIPATIONS À LA COUPE ARABE DES VAINQUEURS DE COUPE 1989 : (À DJEDDA) VAINQUEUR 1991 : (À DUBAÏ) ÉLIMINÉ EN 1ER TOUR BILAN : 8 MATCHES, 5 VICTOIRES, 3 NULS, 1 DÉFAITE, 12 BUTS POUR, 5 BUTS CONTRE.
PALMARÈS
AVANT L’INDÉPENDANCE : 1949-1950 : CHAMPION (CADETS) 1950-1951 : COUPE (CADETS) 1953-1954 : CHAMPION (JUNIOR) 1953-1954 : COUPE (JUNIOR) 1954-1955 : DEMI-FINALISTES DE LA COUPE D’AFRIQUE DU NORD. (SENIORS)

APRÈS L’INDÉPENDANCE :
1955-1956 : COUPE DE TUNISIE (SENIORS)
1956-1957 : CHAMPION DE TUNISIE (SENIORS)
1957-1958 : COUPE DE TUNISIE (SENIOR)
1958-1959 : CHAMPION DE TUNISIE (JUNIOR)
1959-1960 : COUPE DE TUNISIE (SENIOR)
1960-1961 : CHAMPION DE TUNISIE (SENIOR)
1960-1961 :CHAMPION DE TUNISIE (CADETS)
1960-1961 : COUPE HÉDI CHAKER
1961-1962 : CHAMPION DE TUNISIE (SENIOR)
1961-1962 : COUPE DE TUNISIE (SENIOR)
1962-1963 : COUPE DES CHAMPIONS
1963-1964 : COUPE HÉDI CHAKER
1964-1965 : CHAMPION DE TUNISIE (SENIOR)
1965-1966 : COUPE DE TUNISIE (SENIOR)
1967 : ABDELWAHEB LAHMAR ÉLU MEILLEUR BUTEUR
1971-1972 : COUPE DE TUNISIE (CADETS)
1971-1972 : CHAMPION DE TUNISIE (JUNIORS)
1972-1973 : AHMED MGHIRBI OBTIENT LE SOULIERSD’OR
1974-1975 : CHAMPION DE TUNISIE (ESPOIRS)
1974-1975 : CHAMPION DE TUNISIE (CADETS)
1975-1976 : CHAMPION DE TUNISIE (CADETS)
1977 : MOHSEN JENDOUBI OBTIENT LE SOULIER D’OR 1979-1980 : COUPE DE TUNISIE (CADETS)
1980-1981 : COUPE DE TUNISIE (CADETS)
1980-1981 : CHAMPION DE TUNISIE (JUNIORS)
1981-1982 : CHAMPION DE TUNISIE (JUNIORS)
1982-1983 : CHAMPION DE TUNISIE (JUNIORS)
1982-1983 : COUPE DE FAIR-PLAY
1983-1984 : CHAMPION DE TUNISIE (ESPOIRS)
1984 : MONDHER BRN JEBALLAH OBTIENT LE SOULIER D’OR
1984-1985 : COUPE DE TUNISIE (CADETS)
1985-1986 : COUPE DE TUNISIE FAIR-PLAY
1987-1988 : COUPE DE LA FTF
1988 : JAMEL LIMAM OBTIENT LE SOULIER D’OR
1988-1989 : CHAMPION DE TUNISIE (CADETS)
1989 : ABDELHAMID HERGAL OBTIENT LES SOULIER D’OR
1989 : ABDELHAMID HERGAL ÉLU MEILLEUR BUTEUR
1989 : COUPE ARABE DE COUPES …..

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

SECTION BASKET-BALL FÉMININE

CHAMPIONNAT DE TUNISIE : 6 TITRES (1986-1987-1988-1989-1991-1994-2020)
COUPE DE TUNISIE : 6 FOIS VAINQUEUR
1982 FACE À L’ASF
1985 FACE À LA ZS
1989 FACE À LA ZS
1991 FACE AU CSS
1994 FACE À AL HILAL
1995 FACE AU CSS

CHAMPIONNAT ARABE DES CLUBS CHAMPIONS : 4 FOIS VAINQUEUR
1990 À AMMAN
1991 À TUNIS
1995 AU CAIRE
1997 À NABEUL
CHAMPIONNAT D’AFRIQUE DES CLUBS CHAMPIONS :VAINQUEUR EN 1995 À TUNIS